A la plage

Le "héros" traine de lourdes casseroles, et sa lâcheté l'oblige à tuer. Le rythme est lent, sous le soleil californien, sur des voiliers, sur les plages et seuls quelques flash back viennent troubler cette langueur. Tout se passe en douceur, on est surpris que la fin soit si noire et brutale...on s'était juste endormi avec le héros, on s'habitue à son immoralité, et on a presque envie qu'il s'en sorte, parce qu'il tombe sur pire que lui. Un très bon roman très noir, comme je les aime. Un bon Hansen.

pente douce.jpg

Commentaires

  • Tu me fais très envie là... je ne connais pas Hansen, j'y penserai lors de mon prochain passage dans ma librairie préférée!

Les commentaires sont fermés.